Vous êtes ici

Text Resize

-A A +A

Bonnes pratiques

Moustique tigre


 

Débroussaillement et incinération

De nombreux départs de feu pourraient être évités par simple respect des mesures de prévention en matière de débroussaillement et d’incinération des déchets par les particuliers.

Obligation de débroussailler

Débroussailler consiste à enlever la végétation basse (fougères, arbustes…), élaguer les branches basses des arbres et éliminer les végétaux coupés. Cela permet d’éviter la propagation d’un feu.
Le débroussaillement incombe à celui qui créé le risque, c’est-à-dire le propriétaire ou son ayant droit ou le locataire non saisonnier d’un terrain bâti ou à bâtir.

 

L’incinération des déchets

Toute incinération est interdite dès lors qu’il existe une déchetterie, ce qui est le cas à Marcheprime.

Cependant, le Maire peut autoriser au cas par cas (hors périodes d’interdictions préfectorales strictes du 15/03 au 30/04 et du 01/07 au 30/09) les incinérations de déchets verts, si le volume est important.

Attention, plusieurs conditions doivent être remplies, sous peine de verbalisation :

  • vitesse du vent inférieure à 5 m/s (soit 18 km/h),
  • être en possession : de la demande d’autorisation d’incinération signée du maire, d’un incinérateur clos et séparé du sol, d’un extincteur à proximité immédiate,
  • surveiller de façon permanente le foyer,  jusqu’à son extinction complète.

 

Le saviez-vous ?

La fin des produits phytosanitaires : le début de nouvelles habitudes

Depuis le 1er janvier 2017, il est interdit aux communes d’utiliser des produits phytosanitaires pour l’entretien de leurs espaces verts. Cette bonne nouvelle en matière de santé et d’écologie nécessite des changements, aussi bien dans les méthodes de travail des services municipaux que dans les représentations des administrés.

La réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires provient d’un double risque de l’utilisation de ces produits chimiques sur l’environnement, notamment sur l’eau et sur la santé humaine. Un rapport de l’INSERM de 2013 a en effet établi un lien entre l’utilisation de produits phytosanitaires et certains cas de cancers, de maladies neurologique et de risques notamment pour les femmes enceintes et les  utilisateurs professionnels.

Les services techniques municipaux Marcheprimais ont anticipé cette interdiction, notamment en testant des produits de remplacement, bien qu’il n’existe à ce jour, aucun produit Bio aussi performant que les produits chimiques créés spécialement pour s’en prendre à des espèces vivantes.

Marcheprime, à l’instar des autres communes, a donc dû s’adapter et revoir son jugement sur les herbes hautes et sur l’image des espaces verts en général. «Nous sommes habitués à voir des trottoirs entièrement désherbés. Or, un trottoir avec un peu d’herbe ne veut pas dire qu’il est sale, c’est pourquoi il faut changer l’image que nous en avons et accepter de voir pousser certaines plantes » rappelle Adeline Thévand, ingénieur en environnement au Syndicat Intercommunal du Bassin d’Arcachon.

En effet, pour garder des espaces verts visuellement identiques aux années précédentes, les agents municipaux doivent désormais arracher à la main certaines mauvaises herbes, ce qui induit un surcroît de travail. La municipalité souhaite donc recentrer le désherbage sur le Bourg, le long de la Caravelle, la route nationale et les habitations. Certains lotissements verront en conséquence leur espaces verts un peu plus fournis qu’à l’accoutumée. 

 

Nuisances sonores : préservez vos voisins

Connaissez-vous la réglementation en vigueur concernant les travaux de bricolage et de jardinage ?

Les travaux de bricolage et de jardinage ne peuvent être exécutés que :

  • les jours ouvrables de 8h30 à 12h30 et de 14h30 à 19h30,
  • les samedis de 9h00 à 12h00 et de 15h00 à 19h00,
  • les dimanches et jours fériés de 10h00 à 12h00.

Arrêté préfectoral relatif aux bruits de voisinage

Savez-vous si votre chien aboie ?

Le bruit, notamment celui d’aboiements incessants de chien(s), peut gâcher la vie et la santé d’habitants. Cette atteinte à la tranquillité publique est répréhensible.

Si vous êtes gêné(s) par des aboiements répétitifs, avant toute chose, informez-en les propriétaires. Ceux-ci ne sont pas forcément au courant des nuisances occasionnées, puisque leurs animaux se manifestent souvent en leur absence.

Propriétaires, des dispositifs anti-aboiement existent : renseignez-vous…

 

SYBARVAL - Mise à disposition du public par voie électronique du projet de Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET)

Pour toute information relative au PCAET, cliquez ici